10 – Une oeuvre de femme(s)

Après avoir exploré divers aspects de la littérature féministe durant les rendez-vous précédents, Chloé Delaume a fait entrer le 7 juin dans le cercle sororal une autrice contemporaine dont elle affectionne particulièrement l’oeuvre et la démarche : Nathalie Kuperman.  Nathalie Kuperman est née en 1963. Son premier roman, Le Contretemps, a été publié en 1999. Depuis, dix romans, relevant de la veine réaliste, où la psyché des héroïnes vacille, bascule,  irrévocablement.

Des jeunes filles ou des femmes qui perdent la raison en cherchant leur identité, souvent lié aux rapports mère/fille. Un grain de sable et tout déraille, révélant des traumas enfouis, des psychoses sous contrôle, des névroses familiales. Et toujours la violence de notre société. L’autofiction n’est jamais loin et la langue se fait toujours juste, à l’instar des mécaniques psychologiques enclenchées et décrites.

 

10 – Une aventure dont vous êtes l’héroïne

Chloé Delaume et Nina Yargekov se connaissent depuis longtemps (si vous voulez en savoir plus : ici une officielle soirée sororale menée par Guénaël Boutouillet, où elles vous racontent tout).

Mercredi 24 mai, elles ont tenté d’aborder la question de la sororité de façon frontalement décalée, en mettant les participantes (le féminin était majoritaire) face à des situations absurdement extrêmes. Ça commence donc comme un livre dont vous êtes le héros, pour rapidement virer au quizz et traverser divers décors #modeabusator

09 – Sororalement nôtre

C’était mercredi 5 avril, chez Violette and Co.  Une séance un peu particulière, un réel cercle de parole, afin de nous interroger ensemble sur la notion de sororité, telle qu’elle est perçue et vécue intiment. D’échanger des expériences et des techniques personnelles, de cerner les situations récurrentes au sein des parcours individuels. Les obstacles à la sororité sont multiples, sournois; il n’est pas toujours aisé de se défaire du syndrome de la Schtroumpfette, et encore moins de maintenir un pacte de non agression, surtout lorsqu’il s’avère unilatéral. Comment faites vous, vous-même? Comment s’est construite votre perception sororale ? Avez-vous des trucs et astuces pour neutraliser la rivalité et développer cette solidarité si spéciale qui nous permettrait de sauver le monde? Les dernières  générations féministes ont su se saisir de nouveaux outils, permettant  une visibilité accrue, tant dans les médias traditionnel que sur les réseaux sociaux. Pour autant, la violence des trollettes qui n’aspirent qu’a incarner l’amalgame de l’autorité et du charme sur twitter, c’est pas plus fatoche à gérer.

*La sororité relève de l’intime et du public. Parce que dans le privé, faut quand même pas charrier, on a toutes des copines sur qui on peut compter, avec qui on fait bloc, des piliers dispersés, un socle ou une grosse team. Faire bande, c’est pas le plus difficile. Le plus difficile c’est de modifier le regard qu’on pose sur une fille. Ce qu’on se dit dans sa tête, les tous premiers réflexes. Ce qui va alimenter le mécanisme de dissolution de la sororité au contact de l’espace public, ensuite, aussi. C’est très rare que le privé ne soit pas politique. Quoique. De nos jours, le privé est un outil de com. Il ne reste que l’intime. L’intime est politique, l’intime et le public. Là, la sororité, c’est bien plus compliqué que tenir sa page FaceBook.

8 – Pour un 8 mars utile

Les origines du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes, c’est un petit peu comme les hiboux : pas du tout ce que l’on croit. Pour tout savoir en 13 minutes il vous suffit d’écouter ici l’historienne Mathilde Larrère.

Ce 8 mars 2017, le Palais de la Femme a ouvert ses portes au public. Forum associatif – Expo photo – Installation de Louise Caroline – Animations – Improvisations d’Isabelle Maurel et ses danseuses.

Le cercle de sororisation générale a quant à lui pris ses quartiers dans la bibliothèque. L’idée était une défense et illustration du matrimoine : lectures d’autrices, par des lectrices ou les autrices elles-mêmes. Et dépôt de livres d’écrivaines pour remplir les rayonnages.

Quatre heures durant, participantes de l’atelier d’écriture, public et écrivaines se sont relayées. Oriane Banazzi & Kimi – Laure Limongi  – Elisa Monteil  – Nina Kahlo – Béatrice Cussol – Catherine Bédarida  – Lydie Salvayre : Tout est visible ici.

 

 

07 – De l’usage du Matrimoine

Mercredi 22 février, le cercle de sororisation active s’est réuni à la librairie Violette and Co pour se pencher sur la question du matrimoine. Héritage non matériel, la transmission comme geste et technique de survie.

Parce que sa collection Sorcières incarne concrètement la défense et illustration du matrimoine, Isabelle Cambourakis est venue expliquer sa démarche éditoriale et évoquer son catalogue, qui compte déjà onze titres fondamentaux. 

Et parce que le matrimoine est intrinsèquement dans le partage, le public a joué le jeu de la lecture collective. Pour découvrir ces textes choisis et lus par chacune, et vous immerger dans la fort sympathique ambiance de cette petite soirée, il vous suffit de visionner ici la captation de Marjorlaine Grandjean pour Remue.net.

06 – La Convention Matriarcale : #tafdemeufs

Jeudi 2 février, ça ne s’est pas passé à Sunnydale, dans la bibliothèque de Giles, mais dans celle du Palais de la Femme, rue de Charonne, à Paris.

Le premier atelier d’écriture de la Résidence Liberté-Parité-Sororité co-animé avec Catherine Bédarida s’est tenu à 18h30.

Vingt-cinq participantes, puisque le féminin l’emportait en nombre sur le masculin. Et qu’accessoirement le représentant impliqué était plus que d’accord : La langue et la grammaire sont des armes politiques.

Ainsi La Convention Matriarcale a-t-elle pu prendre forme : tours de tables, listes, échanges, groupes de travail, et au final de très nombreuses propositions.

Elles vous seront dévoilées plus tard. Le mercredi 8 mars à la Journée des femmes au Palais de la Femme, en lecture, et dans le livret de fin résidence, aussi.

     

Participer vous est possible, vous pouvez jouer dès à présent, et sans avoir besoin de dés.

« La Révolution Violette a eu lieu hier, qu’elle se soit déroulée dans le sang ou les urnes, qu’importe. Nous sommes réunies aujourd’hui. Nous formons ici-même, au Palais de la Femme, la Convention Matriarcale, et avons pour mission d’appliquer la devise « Liberté-Parité-Sororité ». Que nous ayons été élues, volontaires ou tirées au sort ne modifie en rien notre devoir d’action. Il nous faut lister les urgences, planifier les priorités, prendre des mesures radicales et proposer de nouvelles lois, systèmes et réglementations à appliquer dès demain matin. »

                

Entre autres sujets évoqués durant cette toute première séance : Féminisation de la langue française – Droit inaliénable à disposer de son propre corps- Abolition de la prescription pour les viols – Congés parentaux – Allocations pénibilité – Réorganisation de l’espace public – Noms de rues et de bâtiments – Education dé-genrée – Accès à toutes les disciplines, domaines d’études et activités sportives – Fin des injonctions marketing – Contraception masculine – Congés menstruels –  Investissements dans la recherche –

Pénalisation systématique du sexisme – Fermeté dans les cas de violences -Travaux d’intérêt général axé sur les tâches domestiques – Visibilité des femmes en général et dès les programmes scolaires en particulier – IVG – PMA – GPA – Liberté Gratuité  Horizontalité –  Famille redistribuée – Formation dès la maternelle aux techniques d’auto-défense – Sexualité – Réparation – Représentation – Création du genre neutre – Identité sexuelle officielle décidée à 16 ans – Parité, mixité – Obligations; règles d’alternance –

Les problèmes soulevés sont réels, vos solutions doivent l’être autant. Des trucs et des astuces pour déplacer les lignes et les conditionnements, repenser et réorganiser le quotidien de façon très concrète mais en changeant d’approche, d’angle, d’échelle. Adressez votre proposition de loi à la Convention Matriarcale :                                                                                                    sororisation@hotmail.com

05 – En février : se préparer

Conformément au calendrier, deux rendez-vous ce mois :

Le jeudi 2 février à 18h 30 au Palais de la Femme pour l’atelier d’écriture avec Catherine Bédarida. Il s’agira de s’imaginer soi-même membre de la Convention Matriarcale, qui rédige les nouvelles lois, règles et priorités de la VIe République Française dont la devise « Liberté-Parité-Sororité » est désormais prise au sérieux. Si vous souhaitez participer, envoyez votre texte à sororisation@hotmail.com

Le mercredi 22 février à 19h à la librairie Violette and Co, pour nous pencherons sur la notion de matrimoine en compagnie d’Isabelle Cambourakis (détails ici).

Afin que l’échange soit réel, pensez avant de venir à un livre, à une femme écrivain,  ou une héroïne romanesque, qui a été pour vous aussi importante qu’une grande sœur, un modèle, une marraine de bon conseil, une frangine de galère, peut-être un vieux miroir devenu déformant. Prenez cinq minutes, regardez votre bibliothèque, arrêtez-vous devant les rayons de la librairie. Souvenez-vous de vos premières lectures, transferts, identification. N’hésitez pas le jour J à prendre la parole, partager un extrait de ce livre qui figure, pour vous, au matrimoine de la littérature.

04 – C’est ma première violette-party

C’était le mercredi 18 janvier de l’an 2017, il faisait grand froid rue de Charonne, dans le 11e arrondissement de Paris. Au 102, à 18h30, à l’étage de la librairie Violette and Co, il y avait une cinquantaine de personnes. De la buée sur la vitrine.

Pour qui n’a pas passé la porte, il suffit de cliquer ici.

Grâce à Marjolaine Grandjean et Remue.net, la captation est intégrale. Pour participer de près ou de loin : consultez le calendrier et rejoignez la team : sororisation@hotmail.com

03 – Dates des rencontres et ateliers

Mercredi 18 janvier, 19h – Librairie Violette and Co – Soirée d’ouverture, exposition du projet et du dispositif; premier parcours de lectures autour des utopies féministes, à travers l’histoire littéraire.

Jeudi 2 février, 18h30 – Palais de la femme – Atelier d’écriture co-animé par Chloé Delaume et Catherine Bédarida : Propositions de lois.

Mercredi 22 Février, 19h –  Librairie Violette and Co – Chloé Delaume et Isabelle Cambourakis autour de la notion de matrimoine, et le geste de transmission spécifique incarné par la collection Sorcières, aux éditions Cambourakis. Parcours de lecture cette fois participatif. Quel ouvrage voudriez-vous transmettre à vous filleules anonymes? Quel livre appartient à votre matrimoine?

 Mercredi 8 Mars –  Journée de la femme au Palais de la femme, tant qu’à faire – Lectures déambulatoires, investissement de la bibliothèque, kidnapping général de toutes les compétences en ce jour – Des lectures en fil rouge, des invités, du spontané, de la musique et des échanges autour de livres, textes et figures féministes – Atelier d’écriture ouvert –

Jeudi 16 Mars ,18h30 – Palais de la femme – Atelier d’écriture co-animé par Chloé Delaume et Catherine Bédarida. Poursuite des propositions de la Convention Matriarcale, axés sur la liberté de la femme a disposer librement de son corps autant que de l’espace public. Lettre de réclamation à votre élue locale.

Mercredi 5 avril, 19h –  Librairie Violette and Co – Un premier bilan général, un point sur le chantier, lecture du travail en cours : où en est la pièce de Chloé, où en êtes-vous avec la sororité, où en est le livret et les créations reçues. Lectures.

Jeudi 20 avril, 18h30 – Palais de la femme – Atelier d’écriture co-animé par Chloé Catherine Bédaria. « Suite à un enchaînement causal impromptu, vous avez la possibilité de candidater dès à présent au poste de Présidente de la République Française. Rédiger votre discours, en ne perdant pas de vue que votre idéal est ici Liberté-Parité-Sororité. »

Jeudi 11 mai, 18h30 – Palais de la femme – Atelier d’écriture co-animé par Chloé Delaume et Catherine Bédarida? Pastiches autour de la culture populaire. Rédaction d’articles de presse, d’interviews, de dossiers dans les magazines. Dans ce monde où désormais la phallocratie est abolie, et où la parité et la sororité sont effectives, imaginer le quotidien, les nouvelles figures et symboles médiatiques, autant que leurs modèles et formes. La rentrée littéraire, la dernière expo à la mode, les défilés et les mannequins de la Fashion Week, les programmes de téléralité répondant aux nouvelles normes du CSA.

Mercredi 24 mai, 19h –  Librairie Violette and Co – Chloé Delaume et Nina Yargekov sont heureuses de vous accueillir aux portes d’une aventure dont vous ne pouvez qu’être l’héroïne. Bienvenue sur Utopie Airlines. Merci de vous munir d’un stylo et de faire confiance à vos hôtesses.

Mercredi 7 juin, 19h – Librairie Violette and Co – Rencontre avec Nathalie Kuperman, romancière du réel et de ses pathologies sociales, animée par sa fan Chloé Delaume.

Mercredi 14 juin , 19h – Librairie Violette and Co – Lecture d’un extrait de la pièce de théâtre en cours d’écriture, ainsi que d’une sélection de textes de l’atelier qui figureront dans le livret.

Juillet, août : Élaboration du livret;  poursuite de l’écriture de la pièce. – Septembre : Reprise des activités dans les deux lieux.

Octobre : Rencontre avec Lydie Salvayre – Novembre : soirée de restitution du livret, avec en fil rouge les premiers extraits de la pièce lus par leurs futures comédiennes, et avec un peu de chances, quelques vidéos et chansons.