Écrivains en bord de mer

stacks_image_1848Cette année, « James Joyce back to la Baule ». Carrément. Mais pas que.

Du mercredi 15 au dimanche 18 juillet, la 17e édition du festival Écrivains en bord de mer met effectivement Joyce à l’honneur, ce qui en soi est une bonne nouvelle. D’autant qu’outre Philippe Forest, Yannick Haenel, Tiphaine Samoyault, Bernard Hoepffner, Daniel Ferrer, on pourra aussi entendre Le monologue de Molly Bloom par Sophie Merceron et même voir le fameux documentaire de Dora Garcia, The Joycean Society #quellefête

Ceci étant, du mercredi 15 au dimanche 18 juillet, on pourra aussi entendre Charles Juliet, découvrir une revue de poésie contemporaine américaine, écouter Marie Nimier lire des extraits de son roman en cours, et surtout assister à la performance du comédien Yves Arcaix : Ma phrase a pris 3 cm de plus, de mieux, se détend. C’est un texte de Jérôme Game, à la base, Ca tire, publié chez Al Dante. Techniquement, la langue de Game, pour qui lit le texte à voix haute, c’est du niveau quadruple lutz – back flip – triple boucle – saut carpé #mastermikodansmesbras

Le programme complet est ici.

couv AlienarePour ma part, sous la houlette de Guénaël Boutouillet, je présenterai en avant-première et sur l’écran de la Chapelle Sainte-Anne Alienare, qui sort sous forme d’appli au Seuil numérique à la rentrée. Extraits des animations de Franck Dion, des pièces sonores de Sophie Couronne, parcours de lecture. Ce sera le mercredi 15 juillet, à 18h.

21 novembre : La Sibylle à la FLV

image.flvcrop.480.5000Jérôme Game organise la programmation de Poésie Now!, soit un mois de performances poétiques au creux de l’auditorium de la Fondation Louis Vuitton, entre le 26 octobre et le 23 novembre.

Vendredi 21 novembre, ce sera la nouvelle lune et à 20h30, dans l’Auditorium, seront présentées Les Confidences de la Sibylle. 

Poursuivant mine de rien ses étapes narratives, le Parti du Cercle se penchera davantage ce soir-là sur le Prequel de la Genèse, et ses principales conséquences.

Pour se rendre à la Fondation au milieu de Bois de Boulogne, les infos sont ici.

12 novembre : La Contribution sur Canal+

La Trentaine vue par les Écrivains le 12 novembre à 22H30 sur CANAL+

« Pour cette nouvelle COLLECTION, ÉCRIRE POUR…, Canal+ et Augustin Trapenard ont sollicité cinq écrivains aux univers très différents afin de leur proposer d’illustrer à leur sauce le thème de la trentaine dans des courts métrages de 15 minutes écrits et réalisés par leurs soins.

Avec un plaisir certain, Hélèna Villovitch, Chloé Delaume, Maxime Chattam, Simon Liberati (avec Eva Ionesco) et Oxmo Puccino s’approprient l’exercice et donnent vie à des oeuvres singulières et personnelles.

Utilisant l’humour, la malice, l’onirisme, et parfois la violence ou la légèreté, elles invitent à une réflexion sur notre temps. »

5 novembre : Université Montpellier III, étude de mon cas

Mercredi 5 novembre, de 14h à 19h, à l’Université Montpellier III, site Saint-Charles. « S’écrire par-delà le papier » : hybridation des formes et des supports dans l’œuvre autofictionnelle de Chloé Delaume.  Après-midi d’étude en présence de l’auteure,organisée par Annie Pibarot et Florence Thérond.
Quatre communications : Sylvie Ducas, Aurélie Guilet, Marika Piva et Anne Roche.
Une lecture du roman en cours d’écriture, suivie  d’une table-ronde animée par Florence Thérond etThierry Guichard.

Pitch

Parce que le réel est hors de contrôle, que voter, s’indigner, manifester ou militer ne peut plus avoir d’incidence sur l’expansion de la catastrophe, un petit groupe de femmes décide de pratiquer la magie à des fins politiques.

Ainsi sera fondé le Parti du Cercle, une communauté de femmes pratiquant la magie pour sauver la République Française, en attendant de pouvoir s’atteler au reste du monde. Enfin, si tout se passe comme prévu. Invoquer les puissances femelles autant que le matriarcat ne sera pas sans conséquences.

Les sorcières de la République est un roman qui oscille entre le fantastique, la satire sociale, et la parodie des mouvements activistes issus de l’utragauche et du féminisme radical. En magie, demander, c’est obtenir. Les cinq héroïnes principales seront donc confrontées à la notion de pouvoir, et à la question que nous nous posons tous. S’il nous était, à chacun, possible de changer le monde tel qu’il fonctionne aujourd’hui, quelle alternative imposer, quelle utopie pourrions-nous inventer?