25 & 26 Mai : nouveau cycle à Grenoble

Artiste-Associé au Magasin des Horizons, le Centre d’Art Contemporain de Grenoble, Chloé Delaume y poursuit son travail de réflexion et d’écriture collectives sur les utopies féministes politiquement développables.

Après Liberté-Parité-Sororité à la librairie Violette and Co et au Palais de la Femme, voici venu le temps de Liberté-Egalité-Adelphité. Vendredi et samedi 25 et 26 mai, dans le cadre des Ateliers des Horizons, une première expérience sera menée.

Vendredi soir, par contre, c’est lecture publique du manuscrit en cours. Et si ce qu’il se passe au sein de cette entreprise vous intéresse vraiment, c’est dans cette rubrique-là qu’on vous tient au courant.

 

15 – Welcome in WorkinprogressLand

Ici, c’est fin mai 2018 et le chantier a avancé. Les espaces et les formes tracés, redistribués. Il y a le manuscrit, pour l’instant d’une soixantaine de pages en absolu bordel. Un roman, Aujourd’hui Mesdames. Le titre est bien plus adapté, entre autres.

« Aujourd’hui Mesdames est une opération intellectuelle d’envergure, qui mobilise, coordonne et optimise les ressources créatives gérées par divers ministères, dont celui de la Culture. Une initiative gouvernementale interdisciplinaire, pour une réflexion nationale sur les inégalités hommes-femmes et les moyens d’y remédier. Un marathon de micro-colloques, durant trois mois, à travers tout le territoire. Dans la catégorie Autrices de Littérature Générale, elles sont quarante-deux à participer. »

L’autofiction est de retour, parmi les 42, devine qui vient dîner. Combien de temps d’écriture, à ce jour aucune idée. Ce qui est certain, c’est que le manuscrit, ses étapes de travail, techniques et questionnements, sera ouvert au public, au Magasin des Horizons, régulièrement. Jusqu’à publication, lectures et discussions. La première vendredi 25 mai, avec le Chapitre 1 trop long, des morceaux lisibles du 2, et la scène de l’autrice du Vagissement de la Clepsydre répond aux questions du public après sa performance à la Médiathèque de Cintegabelle. En gros.

C’est aussi au Magasin des Horizons que sera développé la poursuite du travail collectif, mené en ateliers, effectué grâce à la Résidence à la Librairie Violette and Co et au Palais de la Femme en 2017. Féminisme & politique, utopie citoyenne, une République Française fondée sur d’autres piliers que le patriarcat.

Après Liberté-Parité-Sororité, c’est autour de Liberté-Egalité-Adelphité qu’il va falloir ensemble écrire et inventer. On verra se que ça donne, les traces seront ici et évidemment.

 

 

27/28 avril : Colloque Chloé Delaume au Canada

Des Mouflettes d’Atropos aux Sorcières de la République : le parcours et l’œuvre de Chloé Delaume du 27 au 28 avril 2018 à l’University of Guelph (Ontario, Canada). Organisé par Dawn Cornelio, chercheuse et traductrice.

Vendredi  27 avril

9:30-10:45 — Présentations des étudiant.es sur des thèmes delaumiens (avec café et pâtisseries).

10:45-12:15 Panel 1

  • Sara Gamal (University of Toronto)  – Mise en scène des processus cérébraux dans les œuvres de Chloé Delaume
  • Rebecca Rosenberg (King’s College, London) – The Representation of Psychiatric Hospitals in 3 Works by Chloé Delaume
  • Vanessa Dias (University of Waterloo) – Les facteurs de risque liés au geste suicidaire : Éden matin midi et soir de Chloé Delaume

12:30-13:30 — Déjeuner

13:30-15 :00 Panel 2

  • Lucile Mulat (University of Toronto)  – Performativité de la parole dans Les Sorcières de la République de Chloé Delaume
  • Justine Huppe (Université de Liège)  – Quand écrire, c’est faire. Fortunes du performatif dans l’œuvre de Chloé Delaume
  • Alexandra Profizi (Paris III – La Sorbonne Nouvelle) – Les médiamorphoses de Chloé Delaume

15:00-15:15 — Pause

15:15-19:00 — Atelier d’écriture mené par Chloé Delaume

19:15 pm — Dîner à l’University Club.

Samedi le 28 avril

9:15-10:45 — Lecture dramatique du retour de Charlie Orphan par Taylor Boreland et Sarah Young

10:45-11:00 — Pause

11:00-12:30 Panel 3

  • Mercédès Baillargeon (University of Maryland) –  Autofiction, affect et engagement : le rapport au lecteur chez Chloé Delaume
  • Valérie Dusaillant-Fernandes (University of Waterloo) – L’écriture du ressassement chez Chloé Delaume
  • Barbara Havercroft (University of Toronto) – L’écriture du trauma chez Chloé Delaume

12:30-13:30 — Déjeuner

13:30-15 :00 Panel 4

  • Dawn M. Cornelio (University of Guelph) – Traduire Chloé Delaume : de Certainement pas à Not a Clue
  • Pascal Michelucci (University of Toronto) –  « Des usages de l’intertextualité : du mème à la narration post-classique dans Les sorcières de la République »
  • Michèle Bacholle-Bošković (Eastern Connecticut State University) – Le comique, arme de subversion massive des sorcières de la république des Lettres

15:15-15:30 — Pause

15:30-16:00 — Projection/discussion du film réalisé par Delaume “La Contribution”

16:00-17:00 — Entretien/Discussion/Lectures – Chloé Delaume et Dawn Cornelio

12 avril, Strasbourg : Remise du Prix Louise Weiss

Cette année, Chloé Delaume est la marraine du Prix Louise Weiss, le concours de Littérature des étudiants de l’Université de Strasbourg, dont c’est la 5e édition. Le thème : « Dé/connexion ». Restent 10 textes en lice, qui  sont à lire ici.

Jeudi 12 avril, à midi, au Collège doctoral européen, 46 boulevard de la Victoire Campus Esplanade Strasbourg, le nom des gagnants sera annoncé solennellement. Quatre catégories, dont le Coup de cœur de la marraine, qui doit d’ici-là taire son texte favori.

14 – 2018 : la Saison 2 sera un roman

Liberté-Parité-Sororité : de l’épisode 01 au 13, le projet s’appelait comme ça. Décembre 2017 : fin de la Saison 1. 2018, le cycle féministe frontal se poursuit en Saison 2, mais sous une autre forme, toute seule, sans les copines.

Dix mois de recherches partagées, le temps de l’écriture, cette fois-ci personnelle, est venu. C’est la forme romanesque autofictive qui a été retenue, après de longues hésitations. Dans cette interview donnée à Usbeck & Rica, les thématiques qu’on y retrouvera étaient déjà abordées.

Sororisation Générale est donc le titre provisoire du roman en cours. Il paraîtra en 2018, aux Editions du Seuil. D’ici là, ici-même, le chantier sera entrouvert.

Lundi 19 février : Rencontre à Strasbourg, Prix Louise Weiss

Cette année, Chloé Delaume est la marraine du Prix Louise Weiss, le concours d’écriture ouverts aux étudiants de l’Université de Strasbourg. Le thème de l’édition 2018 est « Dé/connexion ».

Après avoir y animé deux ateliers en décembre, Chloé retourne à la rencontre des étudiants, cette fois pour parler de sa pratique, et non pour les faire pratiquer.

– Proposé par la Facultés des lettres et les Bibliothèques de l’Université de Strasbourg avec la Librairie Quai des Brumes Strasbourg. – Lundi 19 février 2018 à 18h -Bibliothèque U2-U3 | 4 rue René Descartes, Strasbourg – Entrée libre –

13- Le livret collectif

Réalisé à partir des ateliers d’écriture qui se sont tenus durant dix mois au Palais de la Femme et à la Librairie Violette and Co, le livret Liberté-Parité-Sororité a été imprimé à 200 exemplaires numérotés, distribués lors de la soirée de clôture au Théâtre de la Loge et disponibles à la Librairie, au 102 rue de Charonne, Paris 11e.

Sa version PDF est, grâce à remue.net (qui suit toutes les résidences d’écrivains sur la Région île de France, et qui est donc un site drôlement intéressant à consulter pour découvrir pleins de trucs) téléchargeable ici.

25 janvier : Nuit des Idées à Toronto

Jeudi 25 janvier, c’est la Nuit des Idées et à Toronto, le sommeil est au programme.

Traduite par Dawn Cornélio, Chloé Delaume lira un texte durant le créneau 20-22h. Hart House, Art Museum at the University of Toronto.

 

Hypnos, Morphée et le GPS

Il arrive que parfois la carte soit le territoire, le sommeil un espace-temps qui s’impose persistant. Réveil inéluctable au creux de la même ville, personnages récurrents et totalement non jouables, épreuves inévitables en quartiers établis. Le subconscient structuré comme un jeu vidéo, script narratif, boss, fins de niveau, accès au point de transit et nouvelles extensions. Comment souhaiter dormir en sachant qu’une fois closes les paupières vous basculent chaque nuit dans le même donjon ? Comment quitter la ville sans passer par le cimetière, se perdre sur lac gelé, manger de la tête de père : pratiquer le rêve lucide n’a pas été un choix. Onirisme en vase clos : j’ai même bu l’eau des fleurs. Rapport d’une expérience, psychose géographique. Où le jour comme la nuit le sujet est dénué de sens de l’orientation.